Étudier

Homesickness : les astuces pour vaincre le mal du pays

Vous en avez rêvé, vous l’avez fait, et maintenant que vous êtes enfin à l’étranger, vous avez le moral à zéro et envie de chanter la Marseillaise en position fœtale : pas de panique, ça s’appelle « le mal du pays », et non seulement c’est normal, mais en plus ça se soigne !

Conseil n°1 : accepter vos émotions

Imaginez un peu : quelques décennies de croissants au beurre, de serveurs mal aimables et de transports en commun blindés puis soudain, BIM, plus rien de vos repères habituels. Le sevrage est brutal, le dépaysement total. Il n’existe pas de vaccin contre le mal du pays, mais le premier remède est de garder en tête que ce n’est qu’une passade. Ok, vous êtes mélancolique, nostalgique, et plein d’autres mots en –ique : acceptez simplement que l’adaptation à une nouvelle culture se fait par étape, que vous êtes dans le dur. Entonnez « Je suis malade, complètement malade, comme quand ma mère sortait le soir, et qu’elle me laissait seul avec mon désespoir » si ça vous fait du bien : dans quelques jours, il y aura de la joie, bonjour bonjour les hirondelles.

Conseil n°2 : partager votre expérience

Se formuler les choses à soi, c’est bien, les formuler aux autres, c’est encore mieux. La bonne nouvelle, c’est que le mal du pays n’est pas contagieux, et que les échanges sont au contraire tout à fait conseillés. La plupart des expatriés sont passés par là, oui, même ce type super cool qui tape dans le dos de tout le monde comme s’il était né ici. Et leurs retours d’expérience vous seront précieux pour dédramatiser et reprendre du poil de la bête : rapprochez-vous de la communauté française du pays où vous vous trouvez, en passant par votre université, l’ambassade, le consulat…

Les portes où frapper pour lutter contre le mal du pays :
La Fédération internationale des Accueils français et francophones à l’étranger (FIAFE), présente dans 90 pays du monde, pour des conseils, des rencontres, des sorties : www.fiafe.org
La
Fondation Alliance française et ses 800 alliances réparties dans 132 pays pour échanger entre expatriés : www.fondation-alliancefr.org
L’Union des Français à l’étranger (UFE) qui organise des évènements et rencontres pour animer le lien de la communauté expatriée : www.ufe.org

Conseil n°3 : rencontrer des locaux  

Fréquenter des compatriotes est un moyen de vous rassurer mais attention : le ressortissant français est à consommer avec modération. La meilleure façon de vous faire à votre pays d’accueil est d’en découvrir la richesse, et cela passe avant tout par ses habitants. Si vous êtes au tout début de votre voyage et que vous ne connaissez pas encore grand-monde, prenez-le comme un challenge, en vous lançant de défi de parler à trois personnes différentes dans la journée. Racontez votre trajet de RER préféré si vous en ressentez le besoin, ou parlez au contraire d’autre chose, pour vous changer les idées.

Conseil n°4 : garder le contact

Votre famille et vos amis ont beau être à des milliers de kilomètres, ils sont aussi à un clic de vous. En attendant d’utiliser vos réseaux sociaux pour les faire pâlir de jalousie, n’hésitez pas à vous en servir pour trouver un peu de réconfort. Il suffit parfois de quelques échanges pour sentir que nous ne sommes pas seuls, même à l’autre bout du monde, et c’est exactement ce dont vous avez besoin pour aller de l’avant.

Conseil n°5 : trouver votre madeleine de Proust

Celle qui, instantanément, vous évoquera la douce France, cher pays de votre enfance. Ce « petit rien », à grande valeur émotionnelle, qui vous apportera le réconfort nécessaire pour monopoliser vos ressources : il peut s’agir d’une chanson, d’un livre, d’une photo, d’un plat… Ce petit médicament sans effets secondaires (sauf s’il agit d’une choucroute quatre fois par jour) vous aidera à chasser de temps en temps la nostalgie pour éviter qu’elle ne fasse sa toile.

Conseil n°6 : vous créer des rituels

Certains ne jurent que par le dépaysement le plus total. D’autres – comme ceux qui ont cliqué sur « lire cet article » – savent ou découvrent sur le terrain que trop de nouveautés tue la nouveauté, et que l’absence de repères les déstabilise. Autorisez-vous à organiser votre quotidien de façon à jalonner votre journée de repères rassurants. Pour cela, place aux rituels dont la répétition procure de l’assurance et le sentiment de reprendre le contrôle de la situation : dix minutes de marche rapide après le petit-déjeuner, la lecture du journal local au café du coin, ou encore quelques brasses au saut du lit… Occupez votre esprit et votre corps !

Conseil n°7 : élargir vos horizons

Qui va piano va sano, Rome ne s’est pas construite en un jour, et ça ne vaut pas seulement en Italie ! Ne comptez pas vous débarrasser à 100% de votre blues en une journée, mais misez plutôt sur 10% dès aujourd’hui. Pour ce faire, demandez-vous ce que vous pourriez faire pour les remplacer par 10% de nouveautés. Considérez que la nostalgie est une bien petite chose face à la découverte de nouveaux horizons, et appliquez-vous chaque jour à faire preuve de curiosité. Bientôt, ce sera vous la personne super cool qui tape dans le dos de tout le monde comme si elle était née ici.

Vous ne vous sentez pas encore tout à fait prêt à partir ? En attendant le grand saut,  découvrez 5 lieux insolites à visiter en Ile-de-France !

Copyright : John Canelis Unsplash


LES BONS PLANS GLOBE-TROTTER PLACE

Quand on a de grands projets d'avenir et une belle histoire à écrire, il est important de rester motivé.
Et si vous vous abonniez à notre newsletter pour recevoir des sources d'inspiration et des astuces personnalisées ?

Rejoignez la communauté

Échangez avec la communauté Globe-Trotter Place pour donner à vos envies une plus grande résonance. Partagez ici vos aventures, vos quêtes de sens, vos rêves d'ailleurs... Venez chercher des réponses !

Passeport / Etats-Unis
jaydem (une réponse)

Road trip en Californie
adeline (une réponse)

Voyage au Sri Lanka
mariong (0 réponses)

Accéder aux discussions

Bons plans

Un stage de 4 mois à Oxford ou un semestre à Rome, ça fait rêver ! Pour bien vous préparer, pensez budget et orga ! La team Globe-Trotter Place vous aide à y voir clair.

Loyer, frais d’inscription, transport : les études, c’est un budget… Vous avez pensé au prêt étudiant ? C’est la solution pour financer votre aventure !

Un accident, ça arrive ! Et à l’étranger, les coûts peuvent vite devenir très chers. Assurez vos arrières avec Crystal Studies Globe-Trotter, pour protéger votre santé… et votre budget !

Vous avez aimé cet article, vous avez une question ?

Poster un commentaire
  1. Il en est un qui m’a donné l’envie de me lancer enfin.
    Ses vidéos, dont le montage est original, sont particulièrement vivifiante et empreintes d’une dynamique communicative :

    https://instagram.com/jujumau_world?igshid=1m1s2heb0hpxq

    Yézaze

Poster un commentaire

Après votre commentaire, indiquez votre nom et votre e-mail (qui ne sera pas publié)